Le Chemin

vendredi 20 décembre 2013, 13:50

Cette fin d'année 2013, ce sont les Esprits du Cambodge qui m'ont invité pour les Fêtes. J'ai décidé de me rendre chez un ami Cambodgien, connu en France.

Jeudi 19...le long pèlerinage des transports commence à 14h00 à la gare de Mâcon Ville direction Paris Charles de Gaule. Décollage 23h25....arrivée à Shangaï (Chine) à 17h30, à peine 2h25 pour changer d'avion. C'est là que ça se gatte! L'avion arrive avec 20 mn de retard ce qui me fait louper le changement pour Phnom Penh, la capitale du Cambodge! Conclusion... 24h00 de transit en Chine! Ca, ce sont les bonheurs des longs voyages avec escales!

Pour autant, chaque voyage reste un voyage initiatique. Se laisser porter et observer ce qui se présente...à l'invite de la vie!

Les premières choses qui me font sourire sont celles-ci:

Je reprends la lecture du livre "La légende de Crazy Horse, Tasunka WWotki, ce célèbre chef indien, dernier à résister à l'invasion des "blancs". Je n'avais pu reprendre sa lecture depuis septembre. Je ne sais pourquoi? Le livre était là, il attendait un nouveau mouvement. En reprenant sa lecture je tombe sur le rédition de Crazy Horse! La fin d'un chemin pour lui, la fin du chemin noire de la guerre et le début du chemin rouge de la paix bien que cette dernière est toute relative quand on vit une invasion et un génocide. Cela dit, la vie étant une grande messagère, un grand miroir, j'entends pour ma part, la fin d'un chemin et fatalement le début d'un autre.

De la même façon, à bord de ce géant A380, le film qui m'appelle et que je n'avais encore jamais vu fut "Le dernier Samouraï". Il parle lui aussi des "Tuniques Bleues" et d'un peuple "Honorable" que sont les Samouraï du Japon. Samouraï en sanscrit veut dire "Servir". Tout comme les amérindiens ce sont des farouches guerriers. Leur vie est dédiée à l'art martial de la guerre avec un sens du sacrifice, de l'honneur que nul ne peut ignorer. Là encore, ce film sonne la "fin" des Samouraïs.

Voici 2 messages bien clairs! La fin d'un monde et fatalement l'ouverture à un autre. En 2013, bientôt en 2014, les valeurs que portaient et transmettaient ses hautes et grandes traditions restent nos racines avec un "ART D'ETRE" et une force infinie à défendre ses "VALEURS". Cet ART et ces VALEURS bien qu'empruntent de guerre sont portés par une grande conscience Spirituelle. Aujourd'hui, la route noire n'a plus besoin d'être, mais la route rouge, elle a besoin d'être nourrie! Je ne dirai pas que c'est un combat pour la PAIX, car ces 2 mots résonnent si mal ensemble! Je dirai que c'est une VOLONTE de continuer l'oeuvre de PAIX et de CONSCIENCE que tout homme devrait avoir sur cette terre: LA VOIE DE L'ETRE! La voix de l'être est toute différente de la VOIE DE L'AVOIR qui a toujours été le moteur des guerres et de toutes nos pertes! Il ne s'agit pas de bannir l'AVOIR, il s'agit de placer l'ÊTRE avant l'AVOIR. L'être conscient n'est plus possédé par l'avoir et consent à s'amuser librement dans son art. De son art il en tire son abondance qui lui permet de continuer "l'aventure heureuse" sans se soucier d'un éventuel manque. L'homme dans l'ÊTRE sait parfaitement, conscient de son origine, conscient que l'énergie est première, qui est son "véritable trésorier"! C'est lui même, lui être, lui GUERRIER DE LUMIERE servant L'UNITE. La véritable trésorier ne sera jamais votre banquier. Votre banquier n'est pas là pour vous servir, pas plus que tout le système qui nourrit le verbe Avoir, l'un et l'autre sont là pour SE SERVIR...des moutons! Loin de moi l'idée d'être le détracteur de ce système, il est. Mais proche de moi est la volonté d'accompagner chaque "être" à "ÊTRE" faisant corps avec cette citation de Ghandi: "Soit le Changement que tu veux dans le Monde". Ma vérité, qui n'engage que moi, c'est que l'AVOIR, le voile des illusions, est un créateur d'ESCLAVE. Il n'y a qu'à regarder comment le monde vit pour voir qu'il est un grand esclave de l'avoir! C'est sa plus grande torture à tel point qu'il en perd son âme... pour ne pas dire qu'il la vend!

Etrange d'écrire ces premières lignes en CHINE avec un ordinateur "made in china"! Etrange ces Chinois qui vivent avec un masque "blanc" sur le nez pour se protéger de l'ombre de la pollution. Etrange ces Chinois qui se lavent les mains au bactéricide comme si leur vie en dépendait et comme si ils sentaient leurs actes si éloignées de leur pureté? L'AVOIR domine et ils en sont les premiers esclaves, pendant que nous, nous devenons les leurs! La boucle est bouclée et il vaut mieux se la boucler si on ne veut pas avoir d'ennuis... Rentrez dans le rang!

Ca c'était les premiers clins d'oeil du chemin! Bon...une douce nuit de magie à dormir sur un banc d'aéroport de l'autre bout du monde se prépare! Etrange sensation du SDF ce soir! C'est pas chouette les vacances! On va découvrir les Esprits Chinois... de l'ÊTRE!

Cambodge

lundi 23 décembre 2013, 02:29

Cette fois-ci...j'y suis! Après les formalités d'usage (visa touristique) mon ami Ranin était là avec des amis à l'aéroport de Phnom Penh! Il est minuit, la chaleur est celle d'une nuit d'été chez nous! Agréable!
Ce soir nous dormirons dans un hôtel local: un guest house. Pour y arriver nous prenons un célèbre Touck! Ici c'est l'art des mobilettes qui servent à peu prêt à tout! Ces touck sont les charettes d'antan...mais tracté, non plus par un homme, mais par une mobilette. La conduite se fait comme dans tout ces pays dit en voie de développement, au klaxon et avec la loi du plus gros! Sur les bords de route, pour accéder à notre guest house, il y a une multitude de de "restaurants improvisés". 4 planches, 2 lumières, quelques gamelles et toute la famille en action, du plus jeune au moins jeune: 2$ l'assiette bien fournie sois moins de 2€! Nous nous arrêtons pour manger et c'est délicieux! Ce qui contraste avec la propreté! D'ailleurs à tout niveaux, la propreté m'alerte continuellement sans jugement bien sur. Ici les poubelles c'est part terre! Choc culturel! Ce ne sera que le premier! Enfin, nous arrivons à notre hôtel où tout le monde rentre les mobilettes dans l'accueil de l'hôtel: énorme! Une nuit dans un lit ne sera pas de refus après les bans d'aéroports et les sièges des avions!
Le lendemain matin, nous reprenons un touck pour aller Chez Ranin et son restaurant. Entre temps, il m'explique qu'on peut changer de l'argent dans un "commerce" de trottoirs! Des Euros en Riels ou en Dollars, américain, monnaie très utilisée au Cambodge! Effectivement, une femme détient une somme considérable d'argent de toutes sortes dans une vitrine en verre! Le vol ne semble pas être la préoccupation majeure ici!
Tout le long du chemin, on se familiarise doucement, mais pas sans chocs, à la vie Cambodgienne. Nous retrouvons, un peu comme au Maroc, une vie où tout se fair sur les trottoirs, absolument tout et tout types de petits commerces. Tous les métiers se mélangent harmonieusement et semble t'il dans un bon esprit.
Sur les grandes routes, il y a les voies du milieu réservées pour les voitures et camions, puis les voies secondaires de chaque coté, réservées aux innombrables mobilettes, le tout se mélangeant à coups de klaxons! Ce qui reste frappant en ce qui concerne les voitures c'est que ce sont quasiment tous des 4x4! Cela contraste avec la mobilette. Il semblerait qu'il y ait, d'un coté la grande population locale et de l'autre tous ceux qui travaillent pour des associations à buts humanitaires, bien rémunérés...

Nous arrivons, après nos 25 km de Touks, au restaurant de Ranin. Là encore, chocs des cultures! A croire que nous sommes des maniaques de la propreté et du rangement! Dans ce restaurant, des multiples paillotes s'alignent sympathiquement, à coté desquelles, jonchent copieusement des canettes vides et autres détritus! La cuisine ferait tomber raide mort, un inspecteur des services vétérinaires français! Mangeons pimenté! L'eau courante est rare, aussi l'eau s'économise, se transfert de bacs en bacs, de la plus propre à la plus sale! Pas de réfrigérateurs non plus, des grosses glacières à glaçons en font offices! Retours de quelques dizaine d'années en arrière!

A peine installer à table que la famille vous apporte à manger! Le partage, les amis, l'accueille sont ici des sagesses qui semblent millénaires! Toute la famille travaille tranquillement dans ce restaurant, chacun se partageant les tâches de la meilleure façon!

Ranin me propose d'aller faire une petite sieste! M'indiquant que je vais dormir chez sa soeur! "Rendez vous en terre inconnue" vous connaissez? Je le vie! Après qqes centaines de mètres nous arrivons dans une petite maison très typique de la région. Je vous laisse découvrir!
Je crois qu'ils ont acheté un matelas, une housse de lit et une couette pour l'occasion! Tout sort des emballages! Je découvre la soeur, le neveu, etc... Je m'installe, pour me remettre des décalages horaires...et du reste! Le neveu tire une rallonge, sort le ventilateur de sa chambre pour me l'installer! C'est touchant ses intentions! Ils n'ont rien et ils vous donnent le meilleur avec un immense sourire! Durant ma sieste je ferai un rêve le concernant. Avec lui je fumais la pipe sacrée, comme je le fais chez moi, dans la tradition amérindienne, sauf que sa pipe à lui était carrée. Décodage: l'amour, la spiritualité, les valeurs humaines, ce n'est pas que de temps en temps où à travers les stages chamaniques comme les occidentaux peuvent souvent les pratiquer, c'est dans la vie de tous les jours à travers chaque actes, chaque paroles! La gentillesse, les valeurs humaines sont un lot quotidien ici!

Mariage

lundi 23 décembre 2013, 05:22

Ce soir, nous sommes conviés à un mariage! Encore uen fois, Rendez vous en Terre Inconnue! Les mariages se font un peu de la façon dont on ferait un beau méchoui mais ici, si vous êtes invités, on vous en demandera quelques dollars pour payer le repas et la bière qui coule à flot! Ne croyez pas que la famille va gagner quelques dollars en vous demandant votre participation, ce n'est pas l'état d'esprit du Cambodgien! Il veut juste que tous passent une excellente soirée et ils ont tout organisé à cette occasion: décors festif de plein aire, repas locaux copieux, bière à volonté, chanteusr et musiciens! Nous en arrêtons pas de trinquer à notre table avec des jeunes Cambodgiens! Assez vite, je me lie d'amitié avec le rigolo de la bande! Il me dit, dans notre anglais approximatif, que c'est la première fois qu'il parle à un étranger. Il semble qu'il en soit ravi sinon fière! Je crois que c'est quelque chose qu'il nous est difficile à comprendre pour nous occidentaux: être ami avec un blanc semble être de bonne augure et ici, ce n'est pas pour votre argent. Je cris que leurs coeurs parlent avant tout. Ils sont sincères dans leurs amitiés. Ils me proposent d'aller danser, me fait découvrir la danse locale! Particulière... mais on s'adapte! D'autres personnes me sourient comme si participer à leurs dansent, tant bien que mal, leur fait honneur! Des gestes simples qui nous ramènent à "Mitakuye Oyassin", nous sommes tous apparentés en lakotas. Les femmes sont très belles pour ces occasions, toutes fines, maquillées à souhait pour l'occasion, elles brillent. Le petit blanc que je suis attire leurs regards comme si s'enmouracher d'un occidental serait une panacée! Quand au jeune homme, qui dégoupille tout de même les bières plus vite que la musique, me dit, avec beaucoup de sincérité, qu'il est content d'être avec moi et qu'il veut prendre soin le plus possible de moi. Qui vous à déjà dit ça avant? Je suis très touché de ses marques d'affection. Ranin me propose de partir car il y a du monde à son restaurant et sa famille a besoin de lui. C'est véritablement les yeux tristes et en colère que cet ami d'un soir me demande de rester encore. Je ne suis pas le maître à bord... aussi je dois partir! CCe jeune homme semble très déçu et très en colère...je lui laisse ma carte de visite tout de même! Whow touchant cet amitié!
J'ai parfois l'impression d'être cette tunique bleue dans le film "Danse avec les Loups". Nous nous découvrons, découvrons nos différences, essayons de dépasser les barrières de la langue mais surtout nous sommes animés des mêmes envies: se connaître, se respecter, s'aimer! Merci la vie de me faire vivre cela!

Au rythme du Cambodge

mardi 24 décembre 2013, 07:40

Ici la vie s'éveille avec le soleil qui passe à travers les planches de la maison, avec le chant des coqs et l'aboiement des chiens et bien sur le ronron des mobilettes des gens qui partent travailler. Tout se fait dans la tranquillité! La douche, sommaire, consiste à puiser de l'eau dans dans de grandes jarres, de s'arroser copieusement et le tour est joué! Le petit déjeuner se fait dans un des nombreux "petits restaurants du matin". Le riz, la soupe, quelques bouillons, quelques morceaux de viandes, le tout bien épicé...un repas qui ressemble beaucoup à tous les autres en fait! Puis la journée commence...sans stress, on s'occupe, la journée commence, elle finira et entre temps il y à des choses à faire. Sera fait ce qui peut l'être aujourd'hui, demain est un autre jour qui permettra de continuer ou terminer ce qui n'a pas pu être fait avant! Pourquoi se stresser? De mon coté, j'en profite pour écrire mes cours de Tarots, mon blog, et à lire quelques informations sur le Cambodge séduisant!
Au restaurant les mobilettes arrivent, repartent, dans un ballet incessant. Toute le monde se connait, comme si c'était une grande famille et qu'on s'était quitté la veille. Les amis de Ranin, devenus miens, sont heureux de revenir. On essaie de discuter, ils sont si attachants, si serviables! Quand vous mangez avec eux, ils vous nettoient vos couverts avant de vous servir. Ils sont au petit soin et on sent que cela est fait avec coeur et générosité, juste parce qu'ils ont envie de vous faire plaisir! Ils n'attendent rien en retour, même pas un merci! La gentillesse ici, c'est normal, c'est culturel!
Toute la journée l'activité ne cesse dans tous les petits commerces. Ici une station essence "aux bidons et bouteilles de coca"...Ranin m'explique comment elles marchent: les camions de grandes sociétés s'arrêtent, on siphonne quelques litres, le chauffeur se fait sa gratte, et les pompistes improvisés gagnet leurs 3 sous! Là, un restaurant, un de plus. A coté un marchand d'un peu tout. En mobylette, un commerçant ambulant de pains, de ballets ou de couteaux avec haut-parleur intégré pour faire l'article! Fascinant se petit monde qui grouille! Ce qui est plaisant c'est que tout cela se passe dans une continuité harmonieuse.
Le soir venu, les petits restaurants de bords de routes se remplissent pour déverser leurs litres de bières, la boisson nationale. Puis, chacun se rentre, ainsi la vie s'égraine!

Surprise Sacrée

mardi 24 décembre 2013, 08:01

Je dors chez la soeur de Ranin. En arrivant j'ai noté une petite pièces qui était dédiée à Bouddha ou en tout cas au tout. Jour après jour, Ranin m'apprend que sa soeur fait quelques soins, qu'elle écoute les esprits mais qu'elle semble manquer d'assurance et avoir un peu peur bien qu'elle soit attirée par cela.

Sacré surprise

mercredi 25 décembre 2013, 05:32

Pendant que la France s'activait aux derniers achats et cadeaux de noël, la vie continuait son cours au Cambodge. Dans l'après midi avec Raï et Ranin nous sommes partis, à 3, en mobylette voir la pagode dédiée au secteur. Il y en a de nombreuses disséminées un peu partout. Celle que nous sommes aller visitér est en construction depuis 10 ans et sera finie dans 10 ou 20 ans! Les moines partent un peu partout dans le monde chercher de l'argent pour assumer les frais.
Que dire de ces somptueuses constructions, au même titre que nos cathédrales à leurs époques, pendant que les agriculteurs gagnent moins de 2$ par jour avec le kg de riz à 1€? Nous pouvons imaginer que ces constructions démesurées font travailler la population locale avec des fonds étranger ou bourgeois. Ceci est la partie positive. Mais est-ce nécessaire de faire des constructions aussi coûteuses au nom d'une religion, aussi Bouddhiste, qu'elle soit, au milieu de tant de pauvreté? Je me pose la question, je n'ai pas trouvé la réponse? N'avons nous pas fait de même avec nos Cathédrales?

La sacré surprise ne se trouve pas là, mais en soirée. Ici Noël n'est pas une fête comme pour nous, c'est un jour normal. Cependant Ranin avait convié pas moins de 20 amis, étudiants, pour partager une soirée ensemble! Comme le coeur des Cambodgiens est grand! Nous avons échangé avec les plus téméraires en anglais et grâce à Ranin qui servait de traducteur! Merry Chrismas sonnait à chaque fois que l'on trinquait, c'est à dire souvent! Des étudiants d'universités, sont restés parler longtemps, parlant de leurs pays, de leurs visions, de leurs colères quant à la corruption du gouvernement, etc. Très vite, blanc que vous êtes, vous devenez non pas un ami mais un "frère"! Ces universitaires m'ont proposés de venir visiter leur école demain, juste parce qu'ils ont envie de partager, d'être ensemble! Oui, c'est vraiment touchant toutes ses attentions, toute cette gentillesse!

Palais d'Angkor

lundi 30 décembre 2013, 06:39

Nous sommes partis avec Ranin, visité les Palais d'Angkor à Siem Reap.

De bon matin, touk-touk oblige, nous partîmes jusqu'à Phnom Penh pour prendre le bus qui nous permettra de parcourir les 300km qui nous séparent des "Pyramides" du Cambodge. Avant de partir, nous en profitons pour trainer dans Phnom Penh, une ville emplies de contrastes: de la cabane sommaire aux prestigieuses villas, aux quartiers chics et centres commerciaux, ici tout se mélange. L'empire capitaliste prend sa place! Ce qui est extrêmement paradoxal, pour un pays monarchique sous gouvernement communiste, c'est finalement le nombre de professions libérales! D'une façon ou d'une autre, tous les Cambodgiens sont artisans ou commerçants même ceux qui sont "fonctionnaires" à 150€ par mois. Chacun trouve sa place, chacun trouve son art.
Enfin, le bus démarre et c'est là pas moins de 7 heures de routes qui nous attendent avec comme code de la route la loi du plus gros et du klaxon! Cependant tout le monde se partage la route avec une grande tolérance. Routes et pistes me permette de découvrir les différentes populations tout le long du trajet. J'ai trouvé très beau toute la grande partie agricole, faite d'immenses rizières parsemées de petits villages agricoles. De véritables fourmis au travail. Souvent les mobylettes sont remplacés par des sortes de motoculteurs et même des vaches ou des petits chevaux. Dépaysement total, pauvreté, simplicité, partage, harmonie, courage, amitié, tous ces mots reviennent sans cesse.
Au Cambodge, il y a toujours un ami que l'on connait et qui est prêt à nous attendre de l'autre bout du pays, tout simplement parce que il a été reçu, hébergé, aidé lorsqu'il en avait besoin dans votre région. Aussi un "ami" nous attendait à Siem Reap où son frère est l'heureux propriétaire d'un tres beau "Guest house", un hôtel touristique. Sape va nous recevoir et nous accompagner comme un guide durant 2 jours, prenant congés de son métier de "policier", entendez "fonctionnaire". Comme tout autres Cambodgiens, vous accueillir, vous faire plaisir, prendre soin de vous, Sape ne dérogera pas à la règle! Vous ne savez comme les remercier d'autant de gentillesse, d'attention et de simplicité.
Sape commencera par nous faire visiter la ville: une ville entière dédiée aux touristes venus du monde entier! Ceux qui ont construit, durant plusieurs centaines d'années, l'immensité des Palais d'Angkor, ne pensaient certainement pas, qu'un jour, grâce à leurs énormes travaux, ils permettraient un certain essor touristique apportant abondance au peuple.

Angkor et le Chaman

lundi 30 décembre 2013, 07:06

Depuis mon arrivée, le Chaman, est fort bousculé. Le choc culturel, l'importante différence d'énergie, j'ai l'impression d'être dans un autre monde et ce dernier me travaille au coeur au plus profond des tripes. Ceci est assez indescriptible, j'ai l'impression de vivre une "mutation" lente, parfois même une longue agonie vers une mort/renaissance. Cette transformation me malmène fort, je sens mes reins, très tendus, uen partie de moi, inconsciente, vie ceci avec beaucoup de peurs que je ne pourrai nommé. C'est évidement une transformation profonde qui opère, heure après heure, jour après jour. J'ai parfois le sentiment "d'être complètement à l'Ouest". Les Esprits m'attendaient, ils sont au rende vous, moi aussi, j'accepte ce qui est, ce qui se passe sans vraiment comprendre d'ailleurs.
En partant de Phnom Penh, j'ai senti le besoin de mettre ma griffe d'Ours, autour du coup, moi qui suis la "médecine de l'Ours". Je ne sais pourquoi, l'instant présent le demandait. Plus j'avançais sur le chemin et plus mon être se tordait, comme pétrifier par une quelconque peur inconsciente, malgré la beauté du trajet, des lieux, des gens. De bonne heure, Sape nous accompagnait régler les formalités, genre de visas touristiques, pour la visite des temples. Le premier temple visité est celui d'Angkor Wap, sans doute le plus impressionnant, véritable construction pharaonique. Puissance, force et masse de ces lieux vous paralysent! Nous ne pouvons imaginer les ressources humaines et animales (éléphants) qui ont été nécessaires à toutes ces constructions durant 1000 ans environ. Non, il n'y a pas de mots assez forts, c'est gigantesque, c'est massif. Bien que les lieux soient impressionnants, je suis encore plus malmené que la veille! Ca travaille fort dans tout mon être, je ne contrôle rien, mais les sensations ne sont pas des plus agréables. La puissance de mutation est accélérée, amplifiée. Quelle mutation? Je ne sais pas, je ne sais encore, j'ai l'impression d'être un bonhomme de neige qui est en train de fondre au soleil et qui est transi de peur de "disparaître". Vu sous cet angle, la vie conduit le Chaman vers le "rien" afin de devenir "tout", transmutation de l'égo en humilité! Comme pris dans un tourbillon, ces transmutations me mettent dans un état second où le temps semble s'arrêter. C'est donc au milieu de ces "Géants aux pieds d'argile" que je vie, tant bien que mal, ma transformation. Nous parcourons les "immenses" les uns après les autres. De nombreux monuments sont en restauration afin qu'ils ne sombrent, envahis par la forêt et l'érosion du temps. Sape nous conduit inlassablement, à 3 sur sa mobylette, à travers les temples. De retour de cette journée, je déciderai de rester dans ma chambre 'hôtel, j'ai besoin de méditer, de me reposer, je suis "à genoux".
J'ai bien fait de me reposer car Sape, plein de bonnes intentions, souhaitait nous faire découvrir le parc national de Phnum Kulen avec ses immenses forêts et sa magnifique cascade sacrée. Oui, nous voilà partis à 3 sur une mobylette pour parcourir pas moins de 100km aller et retour entre routes et pistes! J'avais encore mal au cul 2 jours, après cette excursion! Il faut avouer que cette façon de découvrir le pays de cette façon est "aTIPIque" alors...merci, merci! Dans ce parc national il y a deux types de gardiens! Il y a ceux qui sont là pour faire payer la visite aux touristes à coup de 20$ et les autres, les gardiens sacrés, devant lesquels vous vous arrêtez pour priez avant de rentrer dans les lieux qu'ils gardent. Effectivement, avant chaque endroit magique, les gens ont installé des petites guérites avec une représentation des gardiens des lieux. Vous, vous arrêtez, priez, remerciez et continuez votre chemin! J'aime beaucoup cette symbolique...chamanique! Cette journée au coeur de la nature fût des plus agréables et beaucoup plus douce, malgré le trajet épuisant. Nous avons pu visiter, forêt, cascade sacrée, rivière sacrée et temples bouddhistes perchés dans la montagne et tout ça grâce à l'immense générosité de Sape que je remercie ici, une fois de plus, de tout mon coeur pour sa gentillesse et sa disponibilité.

Comment ne pas rentrer changé?

lundi 30 décembre 2013, 07:44

Oui! Comment ne pas rentrer changé de ce périple? Sans même être Chaman, invité par les Esprits des lieux, vous ne pouvez pas ne pas être touché au coeur par le GRAND COEUR des Cambodgiens. Je ne me lasserai jamais des sourires et des yeux pétillants de générosité de ce peule merveilleux. Ayant parcouru l'histoire du Cambodge, dont ces dernières décennies furent particulièrement meurtrières et destructrices, on se demande comment le peuple peut encore avoir "le sourire magique et spontané"? Est-ce l'importance de la philosophie Bouddhiste qui règne sur les lieux? J'ose l'espérer, alors merci Bouddha!
Je crois qu'il me faudra plusieurs semaines pour intégrer ces profonds changements dans mon être, dans mon coeur, mais déjà je ne suis plus moi-même, déjà je suis un autre. Le Cambodge et les Cambodgiens m'auront transformé au plus profond de mon essence. Cela fait maintenant à peine 9 jours que je suis ici, pourtant j'ai l'impression d'être parti de France depuis plusieurs mois! Immense coupure!
C'est toujours avec une grande émotion que nous regardons "Rendez vous en Terre Inconnue". C'est avec la même émotion que je le vie! La vie m'a offert ce RDV et il aura changé mes yeux, mon coeur, mon être.

A propos de mon Blog

Pour permettre aux visiteurs de poster des commentaires directement dans votre blog, vous devez publier votre site chez un hébergeur qui supporte le langage PHP et effectuer les opération de configuration suivantes dans TOWeb :

  • rendez-vous en étape Options > i-Services
  • activez le i-Service Blog
  • publier votre site à nouveau sur Internet

L'ajout de commentaires n'est pas possible en mode aperçu mais seulement lorsque le site est publié.